Partager cette publication

La Bible révèle que Dieu est le tout-puissant créateur de toutes choses (Col. 1:16). Il est présenté comme le chef suprême de toute la création (Mt. 28:18), qui ordonne et maintient l’ensemble du cosmos (Col. 1:17). Il n’est pas neutre vis-à-vis de sa création. Il l’aime et y prend plaisir. (Gen. 1:31). Mais tout n’est pas comme il se devait. La Bible nous apprend également que le péché n’est pas une maladie spirituelle isolée, mais qu’il a radicalement désorganisé le cosmos (Rom. 8:19-22).

La rédemption que Dieu apporte par Jésus se concrétisera par un nouveau ciel et une nouvelle terre (Apoc. 21:1) – et pas seulement des âmes humaines sauvées. Si Jésus est notre sauveur et notre rédempteur, il est bien plus que cela. Il est le sauveur du monde dans son intégralité – le rédempteur du cosmos tout entier (Jean 3:16). La Bible présente le christianisme non pas comme une religion, mais comme une vision globale de l’univers, la seule qui corresponde à la réalité. Cette conception du christianisme n’est pas nouvelle ; elle est même très ancienne. Elle a été exprimée de manière concise par l’apôtre Paul dans sa lettre à l’église de Colosses :

[Jésus] est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création. Car c’est par lui que tout a été créé, ce qui est dans les cieux et sur la terre, ce qui est visible et ce qui est invisible, qu’il s’agisse de trônes, de pouvoirs, de dignités ou d’autorités ; tout a été créé par lui et pour lui. Car il a plu à Dieu de faire habiter en lui toute sa plénitude et de se réconcilier par lui toutes choses, soit celles de la terre, soit celles des cieux, en faisant la paix par son sang répandu sur la croix.

  — Colossiens 1:15-19

Nous lisons ici la doctrine de Paul sur la création, sa compréhension de la souveraineté de Dieu et sa reconnaissance de Jésus comme rédempteur de l’univers. En bref, Paul nous présente une vision chrétienne globale de l’univers. Dans ce passage, les termes « tout » et « toutes choses » apparaissent six fois. Des siècles plus tard, le grand homme d’État et théologien néerlandais Abraham Kuyper (1837-1920) a exprimé cette même vision chrétienne globale du monde de la manière suivante : « Il n’y a pas un centimètre carré de l’univers sur lequel le roi Jésus ne clame pas : “À moi !” ». Pourtant, aujourd’hui, pour de nombreux chrétiens, cette vision globale de la réalité a été obscurcie.

Le mythe du sacré contre le séculier

Aujourd’hui, certains ont tendance à diviser le monde en compartiments qui s’excluent mutuellement, L’un est qualifié de « sacré » et a trait à la vie spirituelle et aux choses présumées éternelles. Tout le reste est classé dans une catégorie dite « séculière ». Pour ceux qui ont cette vision divisée de la réalité, les conséquences sont profondes. S’ils aiment Jésus comme leur Sauveur d’un point de vue spirituel, ils ne l’honorent pas comme Seigneur dans tous les domaines de leur vie. Une ligne invisible sépare leur foi personnelle en Christ, leur fréquentation de l’église, leur culte, leur vie de prière et leur étude de la Bible d’avec les autres domaines de la vie, tels que leur travail, leurs loisirs ou les soins qu’ils apportent à leur corps physique. Tout ce qui est qualifié de « séculier » est supposé ne pas concerner Dieu. Le christianisme est réduit à un plan de salut spirituel. La croix est un ticket pour le paradis et rien de plus.

Ce sont là quelques-unes des conséquences personnelles, mais il y en existe bien d’autres encore. Lorsque cette vision divisée de la réalité s’installe au sein d’une église, elle entraîne la séparation de l’église de la culture qui l’entoure. Les cultes du dimanche et les vocations de « service chrétien à plein temps » sont considérés comme ayant plus de valeur que les activités apparemment « séculières » dans des domaines tels que les arts, le droit, la politique, les services sociaux, la prise en charge des besoins physiques des pauvres, et ainsi de suite.

Peu d’effort est fait pour relier les doctrines fondamentales de la Bible à la vie culturelle et civique. Peu d’effort est fait pour encourager les membres de l’Église à être sel et lumière (Mt. 5:13-16), en témoignant de la vérité dans tous les domaines de la société. L’évangélisation est opposée à la prise en charge des pauvres. Le « service chrétien à plein temps » est opposé aux carrières juridiques, commerciales ou politiques. Un compartiment est plus valorisé tandis que l’autre est dévalorisé. L’Église est isolée de la société. Elle existe dans un « ghetto » chrétien avec sa propre sous-culture de langage, des médias et des divertissements. Lorsque cet état d’esprit divisé affecte les églises, celles-ci deviennent impuissantes et incapables d’influencer la société. Au lieu de faire des nations les disciples comme le Christ l’a ordonné (Mt. 28:18-20), les valeurs et les croyances dominantes de la culture environnante commencent à influencer et à façonner l’Église.

Toutefois, il existe de grandes raisons d’espérer. Dieu est à l’œuvre dans notre génération. Il est actif dans le monde entier et ramène son épouse à une compréhension globale et holistique de la réalité. Il rappelle à ses disciples qu’il n’est pas seulement le Seigneur d’un domaine spirituel limité, mais qu’il est le Seigneur de tout ! Il a créé les domaines spirituels et physiques et en prend soin des deux. Il cherche à être glorifié non seulement dans le bâtiment qui sert d’église, mais aussi dans le foyer, l’école, l’entreprise, le tribunal et les institutions gouvernementales. En outre, il rappelle à son épouse que, bien qu’il recherche et sauve activement et passionnément les personnes perdues piégées par le péché (1 Ti. 2:4), son plan de rédemption est bien plus vaste. Il s’emploie à racheter toutes les choses « déformées » par la chute (Col. 1:19-20). C’est à ce programme de rédemption holistique qu’il appelle son Église à participer.

Les Réformateurs européens du XVe siècle avaient une devise qui leur rappelait, de manière très pratique, la préoccupation globale de Dieu pour tous les domaines de la vie et toutes les sphères de la société. Cette devise était « coram Deo », ce qui signifie « devant la face de Dieu ». Toute la vie doit être vécue devant la face de Dieu et à sa gloire. Il n’y a pas de supérieur, ni d’inférieur, ni de sacré, ni de séculier. Dieu est le Seigneur de tout.

Coram Deo est à la fois une libération et un défi. Il a le pouvoir de nous libérer d’un dualisme mental débilitant. Il offre une perspective nouvelle, qui élargit la foi, et qui conduit à une liberté retrouvée pour apprécier la vie humaine incarnée dans toute sa splendeur. Il ouvre la porte à un nouvel intérêt et un nouveau plaisir pour la magnifique création de Dieu. Il nous libère pour explorer des alternatives professionnelles en dehors du « service chrétien à plein temps », tout en sachant que nous servons et glorifions Dieu.

Lorsque des églises entières acquièrent cette nouvelle perspective, elles échappent au ghetto chrétien tout en donnant aux chrétiens d’infiltrer la société dans son intégralité, emportant avec eux la puissance de la Parole de Dieu vécue dans la réalité humaine. CoramDeo peut conduire à une transformation sociale et culturelle. En même temps, c’est un défi, car il nous montre que notre foi doit avoir un impact sur l’ensemble de notre vie. Lorsque nous comprenons vraiment ce concept, nous réalisons que nous ne pouvons plus refuser à Dieu certains aspects de notre vie. Jésus veut que notre vie entière – chaque partie – le glorifie. Il veut que nous nous joignions à lui pour faire avancer son Royaume dans tous les domaines de la culture et dans toutes les sphères de la société. Pour ceux qui ont été pris au piège d’une mentalité divisée, cela peut sembler être une étape effrayante et radicale. Pourtant, il promet que si nous nous joignons à lui, notre fardeau sera facile à porter et notre joug léger. La responsabilité de faire avancer le Royaume appartient à Dieu, mais il nous donne le privilège de nous joindre à lui. Lorsque nous le faisons, il nous donne la force dont nous avons besoin pour accomplir des choses que nous ne pourrions jamais faire seuls.

Créateur, Rédempteur, Soutien 

Pour comprendre le concept de Coram Deo, il faut partir de Dieu et de sa seigneurie universelle sur toute la création. Sa seigneurie est vraie pour trois raisons.

Premièrement, Dieu est le Créateur du monde et de tout ce qui s’y trouve. Le livre de la Genèse révèle que cette œuvre d’art de Dieu était à la fois bonne et belle, en harmonie avec Dieu et avec elle-même. Le monde physique, comme le monde spirituel, est sacré. Tous les deux sont création de Dieu.

Deuxièmement, Dieu soutient toute sa création aujourd’hui. Nous le voyons dans Colossiens 1:17 : « Il est avant toutes choses, et en lui tout se tient », et dans Hébreux 1:3 : « Le Fils est l’éclat de la gloire de Dieu et la représentation exacte de son être, soutenant toutes choses par sa parole puissante ».

Troisièmement, en Christ, Dieu est à l’œuvre pour racheter toute sa création. L’apôtre Paul écrit : « Car il a plu à Dieu de faire habiter en lui toute sa plénitude et de réconcilier avec lui toutes choses, soit sur la terre, soit dans les cieux, en faisant la paix par son sang versé sur la croix » (Col. 1:19-20). Dieu poursuit son œuvre de réconciliation par le Christ jusqu’au retour de ce dernier à la fin des temps (Eph. 1:7-10).

Pour ces trois raisons, le paradigme dualiste sacré-laïque ne correspond pas à la réalité. Il n’y a pas de dichotomie dans l’esprit de Dieu. Dieu a créé, soutient et rachète un seul monde, pas deux, et les chrétiens sont appelés à vivre dans un seul monde.

 


 

Cet article de blog a été adapté de l’avant-propos de Beyond the Sacred-Secular Divide : towards a Wholistic Life and Ministry, pp. 13-16. Copyright © 2011 par Scott D. Allen, publié par YWAM Publishing, un ministère de Youth With A Mission, P.O. Box 55787, Seattle, WA 98155-0787. Tous droits réservés. Aucune partie du livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans l’autorisation écrite de l’éditeur, sauf dans le cas de brèves citations dans des articles critiques ou des revues.

2 réponses

  1. Merci beaucoup pour cette enseignement qui vient directement dans le cœur pour m’affermir dans dans ma Foi. Merci beaucoup

  2. Merci d´avantages pour cette illumination!
    Je comprend que les enfants de Dieu sont des instruments à partir duquel Dieu veut transformer la Société global ainsi que son environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez ce que vous lisez ?

Abonnez-vous au blog de l'ADN et recevez les mises à jour directement dans votre boîte de réception.

Articles supplémentaires