Partager cette publication

La corruption systémique n’est pas un phénomène nouveau. La Réforme protestante trouve son origine dans l’identification par Martin Luther de la corruption au sein de sa propre communauté religieuse. En 1520, il écrivait :

Je me suis rendu compte qu’elles [les indulgences] ne sont rien d’autre qu’une fraude des flatteurs romains par laquelle ils volent aux gens leur foi et leur fortune. Les indulgences sont une escroquerie des flatteurs romains.1

Dans de nombreuses sociétés, la corruption est un mode de vie, tellement ancrée dans le tissu culturel que les gens n’y pensent guère. Ils pourraient se demander « Pourquoi la corruption poserait-elle un problème ? ».

Mais la corruption est un problème majeur. Elle sabote le progrès des individus, des familles, des communautés et des nations. Que ce soit au plus haut niveau de l’État ou dans les transactions quotidiennes entre personnes ordinaires, la corruption compromet toujours le progrès des gens. Elle limite et ralentit le développement de vos voisins, de votre communauté, de votre nation.

Pourquoi en est-il ainsi ? Parce que la corruption profite toujours à quelques privilégiés tandis que la majorité en paie le prix.

La corruption nuit particulièrement aux pauvres. Lorsqu’il faut un pot-de-vin, et pas seulement de bonnes notes et des capacités, pour entrer à l’université, la balance penche en défaveur des pauvres.

Certains affirment que la corruption peut être bénéfique, qu’elle est un mal nécessaire.  « La déclaration de politique et de stratégie anticorruption de la Banque asiatique de développement » (BAD) répond à cette affirmation,

L’essentiel des preuves indique que les actes de corruption génèrent généralement beaucoup plus de coûts que d’avantages. Une étude sur la corruption dans un pays, par exemple, a conclu que la corruption intensifiait les conflits ethniques, ruinait l’efficacité des gouvernements municipaux et des agences fédérales, paralysait le système de recrutement et de promotion au mérite et générait une « atmosphère de méfiance qui s’étendait à tous les niveaux de l’administration ». 2

La corruption n’est pas, comme certains le prétendent, une solution inconvenante mais nécessaire pour « graisser les roues » d’une bureaucratie ou d’une industrie inerte. Non, la corruption met du sable dans les rouages.

La corruption sape la valeur du travail et du mérite individuel. Pourquoi travailler dur pour obtenir un doctorat alors qu’une autre personne peut facilement en acheter un ?

La corruption entrave l’activité commerciale légitime. Comment peut-on être un compétiteur honnête dans les affaires alors que d’autres obtiennent des avantages déloyaux grâce à la corruption ?

La corruption met en danger la sécurité des personnes lorsqu’elle se traduit par des constructions et des produits de mauvaise qualité et par le contournement des règles de sécurité publique.

La corruption sape la confiance des citoyens dans le gouvernement et les institutions publiques et donc leur soutien pour ces entités.

La corruption est l’antithèse de la liberté.3 Dans une économie libre, une personne fabrique un produit et une autre donne de l’argent correspondant à la valeur de l’article. Cependant, lorsque vous êtes contraint de payer des pots-de-vin pour que le téléphone fonctionne, pour que l’eau coule, et pour avoir de l’électricité, il n’y a pas d’échange égal de valeur. Vous cessez d’être un citoyen libre.

La corruption se développe comme un cancer malin. Un pot-de-vin en entraîne un autre. Si vous devez payer un pot-de-vin pour obtenir quelque chose, pourquoi ne pas être corrompu vous-même ? Si tout le monde arnaque le système, pourquoi ne le feriez-vous pas ? En fait, vous êtes perdant si vous ne le faites pas. La corruption se propage comme un virus. En 2016, la Banque asiatique de développement a enregistré une augmentation de 34 % du nombre d’entreprises et d’individus qu’elle a surpris en train de violer sa politique anticorruption.4

La corruption fonctionne parce qu’elle se produit le plus souvent en secret. Le citoyen moyen ne voit généralement pas qui en bénéficie et de combien. Il ne voit pas non plus ce que cela lui coûte.

La corruption aux niveaux les plus élevés est souvent le vol parfait, car la plupart des gens ne voient pas le voleur en action et ne reconnaissent pas non plus les pertes qu’ils subissent. Ils savent simplement que l’économie souffre ou qu’une route n’a pas été construite correctement.

La corruption au petit niveau de la vie quotidienne est visible, mais les gens la considèrent souvent comme le prix à payer pour obtenir ce dont ils ont besoin.

La corruption est un problème majeur dans le monde entier.

Qu’est-ce que la corruption ?

Voici une définition standard de la corruption : l’abus d’une fonction publique ou privée à des fins d’enrichissement personnel.

Vishal Mangalwadi, dans son livre Truth and Transformation : A Manifesto for Ailing Nations,  la définit ainsi :

La corruption consiste à abuser de son pouvoir pour harceler, contraindre ou tromper les autres (individus, institutions ou État) afin d’acquérir de la valeur (argent, service, biens, idées, temps, propriété ou honneur) sans leur rendre une valeur proportionnelle.5

La corruption viole au moins quatre principes essentiels à l’épanouissement des individus, des communautés et des nations. Ces principes sont fondamentaux parce qu’ils sont liés au dessein de Dieu lorsqu’il nous a créés en tant qu’êtres humains et à ce qu’il avait prévu comme objectif de nos vies.

  1. Le principe de la dignité humaine.

La Genèse 1:27 dit : « Dieu créa l’homme à son image, Il le créa à l’image de Dieu, Il les créa homme et femme ». Dieu a créé à son image chaque personne qui a été conçue. Cela confère à chaque personne une dignité et une valeur intrinsèques aux yeux de Dieu. Job 34:19 dit : « Il ne favorise pas les princes, ni ne privilégie |le riche par rapport au pauvre. Ils sont tous, en effet, |l’ouvrage de ses mains. ». Tous sont égaux en dignité et en valeur aux yeux de Dieu.

La corruption viole ce principe car elle favorise une personne au détriment d’une autre. Elle favorise la personne qui a de l’argent et du pouvoir au détriment de celle qui n’en a pas. Elle prive les gens de leur dignité et de leur liberté. Elle asservit.

Dans la mesure où la corruption viole ce principe, le développement d’une communauté, d’une société et d’une nation sera compromis.

  1. Le principe de création ou de domination.

Dans la Genèse 1:28, Dieu donne à tous les hommes un but divin primordial pour leur vie sur cette terre.

« Dieu les bénit, et Dieu leur dit: ‘ Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre ‘ ».

Nancy Pearcey, dans son livre Total Truth, explique pourquoi ce verset est appelé le Mandat culturel.

La première phrase, « soyez féconds et multipliez », signifie qu’il faut développer le monde social : construire des familles, des églises, des écoles, des villes, des gouvernements, des lois. La deuxième phrase, « soumettez la terre », signifie exploiter le monde naturel : planter des cultures, construire des ponts, concevoir des ordinateurs et composer de la musique. Ce passage est parfois appelé le Mandat culturel parce qu’il nous dit que notre objectif initial était de créer des sociétés, de bâtir des civilisations – rien de moins.

Dieu donne à chaque être humain le but de créer et d’ajouter de la valeur à ce monde. Chaque personne est faite pour créer, pour contribuer, pour ajouter de la valeur. Personne n’est exempté.

La corruption viole ce principe en permettant à une personne d’obtenir de la valeur sans en ajouter . La personne corrompue n’apporte aucune valeur ajoutée. Elle n’apporte rien de nouveau ou de substantiel.

L’exemple classique est celui du propriétaire féodal qui installe une chaîne en travers d’une rivière qui traverse ses terres et qui engage ensuite un collecteur pour faire payer les bateaux de passage afin qu’ils abaissent la chaîne. Il n’y a pas d’avantage supplémentaire, rien de productif n’est ajouté, aucune richesse n’est créée par la transaction. Le propriétaire n’a apporté aucune amélioration à la rivière et n’aide personne d’autre que lui-même, directement ou indirectement. Il trouve simplement un moyen de gagner de l’argent avec quelque chose qui devrait être gratuit. Il prend la richesse des autres sans créer ou ajouter de la richesse en retour.

Dans la mesure où ce principe est violé, le développement d’une communauté, d’une société et d’une nation sera compromis.

  1. Le principe de l’amour du prochain.

Dans Matthieu 22:36-40, Jésus dit que tous les commandements se résument au commandement d’aimer Dieu et au second commandement d’aimer son prochain comme soi-même. Galates 5:14 dit : « Car toute la loi s’accomplit dans l’observation de ce seul commandement : ‘ Aime ton prochain comme toi-même ‘ ». Dieu dit que le but de l’humanité sur cette terre est d’aimer son prochain comme soi-même. Qu’est-ce que cela signifie ?

En termes simples, aimer son prochain, c’est déterminer ce qui est bon (et meilleur) pour l’autre personne et ensuite le faire. C’est bénéficier à l’autre. Le mot « bénéficier » vient du latin bene facere  – faire du bien à. Par exemple, les plombiers aiment leur prochain en fournissant des tuyaux fiables pour l’eau potable et l’assainissement d’une maison. Il se peut qu’ils ne voient jamais le propriétaire de la maison, mais leur travail de qualité contribue au bien de cette personne. En retour, le propriétaire de la maison aime le plombier en le payant intégralement et à temps pour qu’il puisse subvenir aux besoins de sa famille. Le technicien en lunetterie aime son voisin en lui fabriquant une paire de lunettes de qualité qui l’aide à voir clairement. Le bénéficiaire l’aime en retour en payant un prix équitable pour les lunettes afin que le technicien puisse nourrir sa famille.

Il s’agit bien de transactions commerciales. Mais cet échange mutuel de bénéfices et de biens est l’essence même du dessein de Dieu pour l’épanouissement de l’homme. C’est la raison pour laquelle Dieu a donné le commandement d’aimer son prochain.

La corruption viole ce principe. Il n’y a pas d’échange mutuel d’avantages lorsque quelqu’un doit payer des « frais de traitement supplémentaires » pour que ses formalités administratives soient effectuées dans les délais, alors qu’elles auraient dû l’être sans ce paiement.

Il n’y a pas d’échange mutuel d’avantages lorsqu’un représentant du gouvernement

  • approuve une législation qui récompense une entreprise pour une importante contribution à sa campagne électorale, mais qui ne profite pas au grand public que le gouvernement est censé servir.
  • accepte des paiements illicites pour faciliter l’accès à des biens, des services ou des informations auxquels le public a droit.
  • empêche l’accès aux biens et aux services auxquels le public a légalement droit.
  • reçoit un paiement illicite pour empêcher l’application des règles et des règlements de manière équitable et cohérente, en particulier dans les domaines de la sécurité publique, de l’application de la loi ou de la collecte des recettes.

Dans la mesure où ce principe de l’amour du prochain est violé, le développement d’une communauté, d’une société et d’une nation est compromis.

  1. Le principe de l’adoration de Dieu.

Nos cultures sont en fin de compte le reflet du Dieu ou des dieux que nous adorons. Une autre façon de le dire est que la culture est en aval de l’adoration. En d’autres termes, la façon dont nous faisons de la politique, de l’économie et des relations sociales est en aval de l’adoration. La corruption, telle qu’elle est intégrée dans la politique, l’économie et les relations sociales, est en aval de l’adoration.

Qui est le Dieu ou les dieux que nous adorons ? Quels sont le caractère et la nature du ou des dieux que nous adorons ? Lorsque ces dieux peuvent être soudoyés, la culture et le comportement corrompus s’ensuivent.

Le Dieu créateur, le Dieu vivant de la Bible, est juste. Deutéronome 10:17 est l’un des passages les plus clairs à ce sujet : « Car l’Eternel votre Dieu est le Dieu suprême et le Seigneur des seigneurs, le grand Dieu, puissant et redoutable, qui ne fait pas de favoritisme et ne se laisse pas corrompre par des présents ».

Le dieu adoré est-il l’humanité elle-même, car « il n’y a pas de dieu » ? Le dieu adoré est-il une personne ou soi-même ? Si c’est le cas, l’homme est corruptible. La corruption s’insinue lorsque nous renonçons à Dieu.7

Le Psaume 14:1 dit :

L’insensé dit en son cœur :

« Il n’y a point de Dieu ! »

Ils se sont corrompus, ils ont commis des actions abominables ;

Il n’en est aucun qui fasse le bien.

Le dieu adoré est-il le monde des esprits de l’animisme ? L’animisme est la croyance que des esprits habitent les animaux, les plantes, les rochers, les rivières, les bâtiments – toute chose. Ces dieux sont capricieux et ils peuvent et doivent être apaisés (soudoyés).

Lorsque les dieux peuvent être soudoyés, la culture et le comportement corrompus s’ensuivent naturellement.

Le Dieu créateur révélé dans la Bible est incorruptible et jugera la corruption. Ce Dieu dit : « Tu ne voleras pas » (Exode 20:15). La corruption est une forme de vol. En fin de compte, c’est un coût ou une perte supportée par les personnes qui n’en tirent aucun bénéfice. C’est ce qu’on appelle le vol. Nous péchons contre Dieu et contre l’homme lorsque nous volons. Nous péchons contre Dieu parce que c’est contraire à son dessein pour l’humanité. Nous péchons contre les gens parce que cela leur fait du tort.

Aucune communauté, société ou nation ne prospérera et ne se développera sur le long terme si elle adore un dieu corrompu. Aucune ne prospérera ni ne se développera si elle est fondée sur le vol.

Enfin, la moralité n’est pas relative. La corruption n’est pas morale dans un pays et immorale dans un autre. La corruption et le vol sont préjudiciables aux personnes dans n’importe quel pays. Le Mandat culturel s’applique à chaque personne dans chaque pays, tout comme le principe de l’amour du prochain et le commandement de ne pas voler. Il existe un juge divin – Dieu – qui jugera un jour chaque personne. 1 Corinthiens 6:10 dit que les voleurs n’hériteront pas du royaume de Dieu.

Que faire ? Voici quatre suggestions…

La suite dans le prochain article de blog !

_________________________________________________________________

 

1 Luther, Martin, Prélude sur la captivité babylonienne de l’Église (octobre 1520).

2 Banque asiatique de développement, Our Framework Policies and Strategies : Anticorruption, p. 16

3 Mangalwadi, Vishal. Vérité et transformation : A Manifesto for Ailing Nations, Seattle, WA : YWAM Publishing, 2009, p. 236.

4 Banque asiatique de développement, Bureau de la lutte contre la corruption et de l’intégrité : Rapport annuel 2016 , Document institutionnel, mars 2017.

5 Mangalwadi, 237

6 Nancy Pearcey, Total Truth : Liberating Christianity from Its Cultural Captivity (Wheaton : Crossway, 2008), 47.

7 Mangalwadi, 243

Une réponse

  1. Merci de cet article,notre Pays est classé parmi les pays les plus pauvres du monde,la corruption est monnaie courante ,pour notre développement il faut que l’amour du prochain/ la vision biblique soit la racine, pénètre la culture de notre communauté, société ou notre nation.et le royaume de Dieu sera restauré
    Que Dieu vous benisse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez ce que vous lisez ?

Abonnez-vous au blog de l'ADN et recevez les mises à jour directement dans votre boîte de réception.

Articles supplémentaires