Partager cette publication

La beauté vient de Dieu. La plus belle chose que vous ayez jamais vue est belle parce qu’elle reflète Dieu. La chose la plus hideuse que vous ayez jamais vue est de ce fait hideuse parce qu’elle déforme la nature de Dieu. Une de nos responsabilités donc dans la Grande Mission, liée à la Commission culturelle, consiste à créer de la beauté.

Cynthia Pearl Maus (1880-1970) a écrit :

Dieu a inclus la beauté dans la structure de l'univers. Elle est la forme élevée de la justice. Dans le monde de Dieu, la beauté et la vérité vont de pair, elles ne doivent donc pas être séparées dans la pensée humaine… Dieu, qui a peint un lys avec autant de soin qu’il a formé les collines éternelles, a uni la vérité et la beauté dans une sainte union ; et ce que Dieu a uni, l'homme ne devrait pas essayer de séparer, car la beauté a une valeur morale pour la vérité.[1]

La beauté est une nécessité morale, fusionnée avec la bonté et la vérité. En revanche, le hideux n’est pas simplement laid, il est associé au mal et aux mensonges.

La Bible décrit comment le Premier Artiste communique à travers son art.

Levez bien haut les yeux et regardez : qui a créé ces astres C’est celui qui fait marcher leur armée en bon ordre, qui les convoque tous, les nommant par leur nom. Et grâce à sa grande puissance et à sa formidable force, pas un ne fait défaut. En raison de sa grande puissance et de sa force puissante, pas un seul d'entre eux ne manque.

Esaïe 40 :26

L’art de Dieu (la création) révèle son existence et les éléments de sa nature transcendante. Il révèle le dessein, la structure et le but de l’humanité ainsi que la merveille et la nature de la création.

L’art humain doit imiter l’art de Dieu.

Les êtres humains ont reçu la tâche de créer une culture pieuse. Ils ont été dotés de mains pour cultiver le sol, et d’esprits et de cœurs pour cultiver l’âme. La question fondamentale est : ces œuvres d’art
refléteront-elles la beauté ou la laideur ? Respireront-elles la vie ou apporteront-elles la mort ? En créant un art qui soutient la vie, l’artiste – le créateur secondaire – révèle le Créateur premier. Le monde secondaire de l’artiste reflète la merveille et la réalité du monde primaire.

C.S. Lewis (1898-1963), apologiste et universitaire chrétien, décrit le travail de l’artiste comme suit : « Un auteur ne devrait jamais se concevoir comme apportant à l’existence une beauté ou une sagesse qui
n’existait pas auparavant, mais simplement et uniquement comme essayant d’incarner en termes de son propre art un certain reflet de cette Beauté et de cette Sagesse éternelle. »

L’expression d’un artiste est le reflet de son adoration. L’art engendre soit une culture toxique, soit une culture saine ; il promeut la vie ou la mort. Lorsque les lois de la création sont respectées et les
principes bibliques appliqués, l’expression de l’artiste glorifiera Dieu et contribuera à l’édification d’une nation pieuse.

Le Dr Elizabeth Youmans parle de l’influence qu’a la Bible sur l’art en disant : « Dans les nations où la Bible a fortement influencé la langue, le droit et la culture, les beaux-arts reflètent la beauté, la vérité et
la bonté morale. Lorsque la Bible n’a pas eu d’influence ou qu’elle a été supprimée en tant que terreau de la langue et de la culture, les beaux-arts reflètent la corruption et l’avilissement de la beauté, de la vérité et de la bonté morale. »

La beauté n’est pas seulement dans les yeux de celui qui regarde

De même que la vérité s’oppose au mensonge et le bien au mal, de même la beauté s’oppose à la laideur. Tout comme il existe une vérité et une bonté objectives, il existe une norme tangible de beauté. Les
relativistes prétendent que « la beauté est dans l’œil de celui qui regarde ». Mais la beauté absolue obéit à une norme objective : la gloire et la splendeur de Dieu. La vraie beauté est imprégnée de vérité et de
bonté, tout comme Dieu est beau, vrai et bon. A travers leur créativité, les gens contribuent à la création d’une culture qui soit édifie soit détruit. Ils créent une culture qui soit nourrit l’esprit humain et raffine
les nations, soit empoisonne l’âme et pollue la société. Le Père Thomas Dubay disait, à propos de l’influence de la musique sur nous : « En touchant le cœur de notre être, la belle musique ennoblit et
élève. Elle possède un pouvoir de persuasion vers le bien, tandis que la musique grossière et barbare dévalorise, dégrade et pousse vers le mal ».

Au moins quatre ingrédients essentiels caractérisent un bon art : le sens artistique, le contenu, l’ordre et la technique.

L’art est la capacité de remuer l’âme. John R. Erickson, créateur de la série de livres pour enfants Hank the Cowdog, écrit : Les jeunes écrivains devraient s’élever contre les histoires sans forme, chaotiques, égoïstes et dégoûtantes. Leur mission devrait être de faire ce que les artistes qui méritent ce titre ont toujours fait : apporter la lumière dans le monde, trouver l’ordre dans le chaos et fournir de la nourriture, de l’espoir et du sens aux personnes qui en ont besoin ».

Tolkien décrit une narration réussie

Le contenu de l’expression de l’artiste révèle la réalité et la gloire de Dieu. La joie est présente lorsqu’une création artistique révèle quelque chose de la gloire de Dieu. L’art de Dieu révèle sa gloire. Elle se trouve lorsque la réalité est découverte au milieu de l’expression artistique.

Dans son traité sur la fantaisie Tolkien écrit : « La qualité particulière de « joie » dans la fantaisie réussie peut donc être expliquée comme un aperçu soudain de la réalité ou de la vérité sous-jacente. Ce
n’est pas seulement une “consolation” pour la tristesse de ce monde, mais une satisfaction, et une réponse à cette question : “Est-ce vrai ?” … Si vous avez bien construit votre petit monde, oui : c’est vrai dans ce monde-là ».

L’ordre de l’expression artistique tend vers la cohérence et l’harmonie. Le physicien Paul Davies décrit la relation entre la beauté et l’ordre en ces termes : « A maintes reprises, le goût artistique s’est avéré un principe directeur fructueux et a conduit directement à de nouvelles découvertes, même lorsque, à première vue, il semblait contredire les faits d’observation… Au cœur de la notion de physicien de la beauté se trouvent l’harmonie, la simplicité et la symétrie ».

La technique de l’artiste consiste à révéler l’excellence. Non seulement le contenu de l’art mais aussi ses excellences procurent de la joie à l’observateur car elles indiquent la gloire de l’Artiste premier. Dubay
décrit l’éclat de la perfection dans une œuvre d’art en ces termes : « La Pietà de Michel-Ange est la lumière dans la pierre. Son éclat non seulement ravit l’observateur, mais crie simultanément qu’elle
n’est pas le fruit d’une érosion fortuite causée par les éléments inconnus de l’eau et du vent. Sa forme, son intégrité, ses proportions et son éclat déclarent à la fois son message et la conception du maître qui l’a produite ».

Créons plus de beauté

Les individus et les nations sont capables de produire plus de beauté et moins de vulgarité, plus d’harmonie et moins de dissonance. L’une des caractéristiques de l’association L’Abri, fondée par Francis et Edith Schaeffer, était la beauté au quotidien : des repas magnifiquement servis, des fleurs fraîchement coupées et des bougies sur la table, de la musique classique en fond sonore.

De L’Abri, j’ai visité une base missionnaire en Autriche qui faisait de la contrebande de Bibles derrière le Rideau de fer. La disparité était frappante. Contrairement à la beauté simple de L’Abri, les repas de la base
ressemblaient aux rations de l’armée, servis dans des marmites posées sans cérémonie sur la table et des repas pris dans des assiettes en plastique. La salle à manger était sombre et terne. Cette base de mission fonctionnait à partir d’une mentalité de guerre austère. Oui, nous sommes dans un conflit, mais la beauté peut être de mise même dans la bataille. 

Trop de ce qui passe pour de l’art en Occident aujourd’hui est imprégné de mensonges et de ténèbres : immoralité, vulgarité, objectivation des femmes, érotisme, promotion de la toxicomanie et de l’homosexualité. Tout cela conduit à la servitude et à la mort plutôt qu’à la liberté et à la vie. Il nous est donc impératif de nous opposer à cette “beauté” contrefaite dans notre société.

Nous sommes tous des créateurs de culture, chargés de créer une beauté empreinte de bonté et de vérité. Nous sommes des artistes dans nos foyers lorsque nous préparons et servons les repas, lorsque nous décorons. Au bureau, nous pouvons créer un lieu de travail esthétiquement plaisant avec de la musique douce, des œuvres d’art et des plantes. L’usine peut être un environnement propre et sain pour les travailleurs avec des touches de beauté.

Soyons des créateurs de beauté. Vivons l’ordre esthétique, ainsi que les ordres moraux et métaphysiques, alors que nous anticipons l’achèvement du royaume de Dieu.

Cet article de blog de DM & F Classic est extrait du livre Emancipating the World: A Christian Response to Radical Islam and Fundamentalist Atheism de Darrow Miller. Pour le texte complet, allez ici :

[I] Christ and the Fine Arts : An Anthology of Pictures, Poetry, Music, and Stories Centering on the Life of Christ (Le Christ et les Beaux-Arts: Une anthologie d’images, de poèmes, de musique et de récits centrés sur la vie de Christ)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimez ce que vous lisez ?

Abonnez-vous au blog de l'ADN et recevez les mises à jour directement dans votre boîte de réception.

Articles supplémentaires